Aller au contenu

Qu'est-ce que la basse vision ?

L'OMS apporte une définition précise des syndromes rencontrés par les personnes malvoyantes.

Un malvoyant, pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est une personne présentant une déficience visuelle même après traitement et/ou meilleure correction optique dont l’acuité visuelle est comprise entre 6/18 (0,3) et la perception de la lumière, ou dont le champ visuel est inférieur à 10 degrés autour du point de fixation, mais qui utilise -ou est potentiellement capable d’utiliser- sa vue pour planifier et/ou exécuter une tâche.

L’Organisation Mondiale de la Santé dans sa Classification Internationale des Maladies (CIM), divise la malvoyance et la cécité en 5 catégories en fonction de l’acuité visuelle et du champ visuel :

 

En France :

  •  La cécité complète correspond à l’abolition de la perception lumineuse. Elle correspond à la cécité totale (catégorie V) de la classification de l’OMS.
  •  La quasi-cécité ou cécité professionnelle est définie par une acuité visuelle strictement inférieure à 1/20 pour le meilleur oeil ou par un champ visuel inférieur à 20 degrés (catégorie III de l’OMS).
  •  La carte d’invalidité porte la mention ‘’cécité’’ à moins de 1/20, et ‘’canne blanche’’ à moins de 1/10.

Chez la personne âgée, la déficience visuelle peut intervenir dans un contexte de plusieurs pathologies liées à l’âge, d’handicaps associés, en particulier d’autres atteintes sensorielles (la surdité) ou motrices. La basse vision affecte profondément les habitudes de vie. Elle entraîne des incapacités qui limitent les activités régulièrement réalisées, voire aggravent les troubles de l’équilibre et augmentent ainsi le risque de chute et de perte d’autonomie.

Dans une perspective de maintien à domicile, qui fait consensus par l’ensemble des acteurs, il est nécessaire de préserver le plus longtemps possible l’autonomie de la personne âgée.

La rééducation basse vision s’appuie sur les capacités visuelles liées à l’état organique oculaire, mais également sur la qualité du traitement de l’information visuelle. Elle tient compte aussi bien des interactions des autres sens que de l’état moteur et cognitif du patient.

C’est pourquoi, le Centre Régional Basse Vision propose un service de rééducation fonctionnelle, basé sur la prise en charge des patients déficients visuels par une équipe pluridisciplinaire. La structure permet de développer des réponses variées face à la diversité des problèmes visuels rencontrés parmi la population régionale.

Lors de votre navigation sur ce site, des cookies sont déposés pour assurer le fonctionnement du site, réaliser des statistiques de visite et faciliter votre identification à votre compte client. Cliquez ici pour en savoir plus et paramétrer les cookies.